« SOS Migrants » publie son second livre sur les sans-papiers, intitulé « Visages humains »- un communiqué paru sur le site de la RTBF ce lundi 23 mars 2015.

"SOS Migrants" publie son second livre sur les sans-papiers, intitulé "Visages humains"

L’asbl « SOS Migrants » a publié l’ouvrage collectif « Visages humains », qui rassemble sur 170 pages 23 témoignages de sans-papiers bruxellois engagés dans la défense de leurs droits. Des rencontres seront organisées dans les prochaines semaines avec des élus des parlements européen, fédéral et bruxellois.

« L’idée est d’opposer aux statistiques la réalité humaine et les conséquences désastreuses d’une politique migratoire basée depuis plus de 20 ans sur la peur et l’égoïsme économique », soutient Serge Noël, président de « SOS Migrants ». « Les personnes qui témoignent aujourd’hui sont toutes engagées dans des collectifs de lutte. Elles donnent un certain exemple et revendiquent leur statut de citoyen. »

« Ce livre permet de comprendre les difficultés des migrants vécues dans leur pays d’origine et les réalités de leur lutte en Belgique », explique Alpha Mayatou Barry, opposant politique guinéen emprisonné à trois reprises après les élections de 2010. « Je suis arrivé en 2013 en Belgique. J’ai montré ma carte d’affiliation au parti et fourni toutes les preuves demandées. Mais mon droit d’asile en tant que réfugié politique (convention de Genève) ne m’a pas été accordé. Je fais aujourd’hui parti du collectif Ebola. » Ce groupe rassemble des personnes issues de Guinée, Sierra Leone et du Liberia, des pays fortement touchés par l’épidémie.

Parmi les autres témoignages figurent un lycéen marocain de 16 ans, un ancien policier mauritanien de près de 60 ans, un jeune ciblé par les néonazis d’Aube Dorée en Grèce ou encore une Guinéenne âgée d’une trentaine d’années mariée de force à 14 ans et violée par un militaire.

En 2007, « SOS migrants » a publié un premier livre de 580 pages intitulé « Paroles d’exil » qui rassemblait 200 témoignages écrits dans des ateliers d’écriture en Afrique et en Europe. Cette première publication s’est inscrite dans une phase ascendante de mobilisation qui a abouti en 2009 à des régularisations. « Depuis quelques mois, le mouvement des sans-papiers est de nouveau dans une phase ascendante avec des manifestations presque quotidiennes », remarque Serge Noël.

Belga

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *