Communiqué des grévistes de la faim de l’occupation de Molenbeek – 20 janvier 2015

Communiqué de presse

Voix des Sans papiers
grévistes de la faim (64 Jours)
(occupation BD Léopold II Molenbeek)

Nous avons assisté la semaine dernière à plusieurs attaques terroristes qui ont fait des dizaines de morts en France, nous grévistes de la faim tenons à présenter nos sincères condoléances aux familles de victimes et nous condamnons avec la plus grande fermeté ces actes de violence, nous continuons à croire que cette violence contribue à renforcer la perception négative à l’égard des étrangers dans l’Europe où le racisme et l’hostilité s’amplifient de plus en plus.
nous insistons que l’indifférence, le rejet et la marginalisation ne justifient guerre des actes de violences contre des citoyens civils.
Les grévistes eux- mêmes et tous les sans papiers sont victimes d’une politique de rejet et de marginalisation sans aucun droit dans des pays dits de Droit de l’Homme, mais au lieu d’être tenter par la violence et l’extrémisme, nous avons choisi le risque de mourir pour sensibiliser les citoyens sur notre situation, nous sommes conscients de ce qui nous attends et nous l’assumons.
Aujourd’hui beaucoup de grévistes manifestent – en plus de la faiblesse, la fatigue extrême, douleurs musculaires, insomnies, maux de tête, vomissements, problèmes d’audition et de vision, hémorragies des gencives- une souffrance et une dépression accentuée en l’absence d’espoir au droit de vivre en tant qu’humain.
nous avons assisté les derniers jour à plusieurs tentatives suicidaires, des gestes de désespoir dues à la tension psychique qui montent suite au chantage des dernières négociations qui ont pour but de valoriser un tel ou tel groupe au dépend des autres afin d’affaiblir notre action et d’affaiblir la revendication d’une régularisation globale sur des critères claires et humains sans prise en considération l’origine, la race ou les circonstances actuelles et temporaires. tous ces critères ne font qu’accentuer la division et le racisme.
Cette perspective augmente fortement l’angoisse et le désespoir et plusieurs grévistes commence à perdre les pédales et manifestent leur colère en faisant plus mal à leurs corps, plusieurs montrent leur désespoir en se tapent la tête contre le mur, ils ne savent plus réfléchir et certains menacent de s’immoler par le feu
le mauvais état actuel des grévistes est le résultat de l’attitude du Gouvernement qui accentue l’agitation et se montre tout à fait indifférent de causer des morts.
nous continuerons à croire que notre action est légitime et nous sommes prêts à se sacrifier pour ouvrir un débat clos sur la tolérance, la dignité et la liberté.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *