Rapport moral 2016

RAPPORT MORAL 2016

Introduction.

 2016 aura été une année de plein développement et d’amplification des activités de l’asbl S.O.S. Migrants, avec une participation de tous les instants à de multiples activités publiques, et avec notamment l’engagement de S.O.S. Migrants dans l’aide continue apportée au (re)logement des sans-papiers et des migrants, à Bruxelles.

 A ce propos, depuis la fin de l’été 2016, S.O.S. Migrants a multiplié les contacts auprès des autorités publiques bruxelloises pour proposer la conclusion de « contrats d’occupation précaire » avec les propriétaires de logements vides ou avec un organisme tel que le Foyer Schaerbeekois. SOS Migrants a d’autre part remplit un rôle de facilitateur et de médiateur avec les propriétaires privés des immeubles successivement occupés.

 S.O.S. Migrants a aussi largement contribué, à l’automne 2016, à la création de l’asbl « Les Amis de la voix des sans papiers » qui est aujourd’hui une association de migrants de droit belge opérationnelle. D’autre part, SOS Migrants a proposé à la Voix des sans-papiers de très nombreuses réunions (en AG et en commission), pour accompagner et renforcer la structuration du collectif, au niveau de sa participation aux actions du mouvement des sans-papiers comme de sa gestion quotidienne des occupations.

 Tout au long de l’année, S.O.S. Migrants, a encadré les rédacteurs et toutes les personnes actives dans le projet du Journal des Sans Papiers (JSP) qui a aujourd’hui sorti son 6ème numéro, notamment en organisant de nombreuses réunions de structuration du projet, d’information vers l’extérieur, ainsi que des ateliers d’écriture.

 SOS Migrants est devenu l’un des piliers de la plate-forme de soutien aux sans-papiers, réunissant le CIRE, les syndicats, le MRAX, la CRER, beaucoup d’autres associations. L’association accueillait les nombreuses réunions de cette plate forme, tout au long de l’année, où elle a notamment proposé l’idée de la caravane des migrants, reprise par tous, et qui connait encore aujourd’hui d’intéressants développements. SOS Migrants a notamment participé à toutes les réunions de réflexion et d’organisation de cette caravane. La première étape de la caravane, à Forest, a été organisée par SOS Migrants, le 3 mai.

 Dans le cadre de son partenariat avec l’asbl « Interpôle », SOS Migrants proposait un service d’écoute et d’aide individuelle aux sans-papiers, avec la gestion des contacts avec les avocats, l’Office des étrangers, la visite de détenus dans les centres fermés, la compréhension de documents officiels, l’obtention d’une carte médicale urgente. Au cours de l’année, plus de 150 dossiers ont été ouverts et suivis dans ce cadre.

 

Engagé aussi auprès des femmes migrantes dans leur combat pour leur dignité, S.O.S. Migrants a déposé une demande de subsides, à l’automne 2016, auprès de la Région de Bruxelles-Capitale et en fera de même au début de l’année 2017 pour des projets destinés notamment à impliquer les migrantes dans la société civile bruxelloise.

***

 Quelques dates importantes de la vie de S.O.S. Migrants à retenir, en 2016.

  Le dimanche 6 mars 2016, participation à la manifestation du comité des femmes sans-papiers.

Le mercredi 1er juin 2016, SOS Migrants organisait une grande réunion d’évaluation du JSP, avec l’ensemble des collectifs de sans-papiers, à la FGTB.

Le dimanche 5 juin 2016, SOS Migrants co-organisait la grande manifestation de la Coordination des sans-papiers.

Le vendredi 14 octobre 2016, SOS Migrants organisait une conférence sur les médias et les sans-papiers à la Maison du Livre de St Gilles, en collaboration avec le JSP.

Le lundi 21 novembre 2016, SOS Migrants co-organisait une conférence de presse avec VSP sur sa nouvelle occupation de la rue de l’Olivier à Schaerbeek.

Le dimanche 18 décembre 2016, SOS Migrants co-organisait la manifestation des réfugiés irakiens devant la Gare du Nord.

Ainsi que d’autres dates importantes :

  • Le 10 juin 2016 a eu lieu l’AG annuelle de S.O.S. Migrants.

A cette occasion, l’asbl a transféré son siège social à l’adresse suivante : 38 rue du Grand Hospice, à 1000 Bruxelles. 16 membres & invités étaient présents à cette AG et 15 membres de l’asbl se sont fait excuser.

  • Le 25 septembre 2016 a eu lieu une AG de préparation de la fête annuelle de décembre.
  • Le 1er novembre 2016 s’est tenu un CA de S.O.S. Migrants.

L’unique point à l’ordre du jour consistait en l’analyse de la situation suite à la signification de jugement (Juge de paix de Schaerbeek) avec commandement à payer et de déguerpir, pour les migrants occupant l’immeuble du 137-147 boulevard Reyers, que S.O.S. Migrants a reçu par voie d’huissier de justice en date du 28 octobre 2016. Tous les administrateurs présents en Belgique ont été prévenus suite à la demande de convocation d’urgence du CA par Vincent Patigny (Trésorier) et Olivier Guilmain (Secrétaire).

 S.O.S. Migrants était impliqué dans ce dossier d’expulsion car agissant comme facilitateur social.

Tous les occupants devaient avoir quitté les lieux avant le 12 novembre au matin, ce qui s’est passé.

A l’unanimité, le CA a décidé de prendre un avocat, Me Augustin Daoût, et de lui demander de faire opposition à la condamnation du Juge de paix du 2ème Canton de Schaerbeek prise contre S.O.S. Migrants (date du prononcé : 5 octobre 2016) et dont nous avons reçu la signification du jugement par huissier de justice en date du 28 octobre 2016. Pour rappel, le propriétaire du 137-147 de l’immeuble occupé à ce moment-là par des migrants avait considéré à tort que notre asbl occupait son immeuble (la résidence « Diamant ») suite à une lettre envoyée par recommandé à son intention par Serge Noël au nom de SOS Migrants pour le prévenir de l’occupation de son immeuble par des migrants. Du fait qu’aucun membre de S.O.S. migrants n’a jamais résidé dans cet immeuble, nous nous voyons obligés de réagir par voie d’avocat et refusions de payer quoi que ce soit à la partie adverse. Le CA a décidé aussi à l’unanimité des membres présents de demander à notre avocat de prendre contact, confidentiellement et/ou officiellement avec l’avocat de la partie adverse, Me Jean-Rodolphe Dirix (Xirius) pour le mettre au courant de notre point de vue et pour lui communiquer les pièces nécessaires en vue du prochain passage devant le Juge de paix.

  • Le 10 novembre 2016. Réponse de S.O.S. Migrants à un Appel à projet de la Région de Bruxelles-Capitale.

Cet Appel à projet visait à « l’amélioration du dialogue interculturel, le soutien à la diversité et à la cohésion sociale. »

Le titre de notre projet déposé était : « L’œuvre au noir des migrantes.» Il s’agissait de proposer une production artistique à vocation sociale réalisée par des femmes migrantes qui résident actuellement à Bruxelles avec un statut précaire, sans titre de séjour.

L’idée de départ était de produire des images de migrantes, réalisées par les migrantes elles-mêmes qui illustrent leur vie au quotidien à Bruxelles, mais aussi qui montrait quelques éléments de leur pays d’origine, de leur famille, de leurs amis et de leurs rêves qu’elles souhaitaient concrétiser à Bruxelles. Ceci vu par l’œil de femmes à la prise de vues dans des situations sociales variées : recherche d’un travail, soins aux enfants, organisation dans les logements précaires, contacts avec des extérieurs, démarches diverses…

L’objectif de ce projet était multiple : – Entendre (voir) les migrantes dans leur « production » de leur quotidien et de leurs origines. – Permettre aux migrantes d’interagir et de débattre entre eux de leur condition et de leur vie et espoirs en Belgique grâce à ce travail commun sur le « réel ». – Associer les migrantes au paysage culturel bruxellois de manière durable. – Établir des rencontres interactives avec des acteurs de la scène sociale et culturelle locale. – Stimuler la réflexion artistique, philosophique et politique auprès d’un large public. – Sensibiliser à la problématique des migrantes (et des migrants) un public varié, représentatif de la population bruxelloise d’aujourd’hui.

Notre projet n’a pas été retenu, probablement du fait du chiffre d’affaire annuel trop bas de S.O.S. Migrants.

 Nous demandions 53.000€ de subventions.

  • Le 9 décembre 2016 Fête annuelle de S.O.S. Migrants :

L’événement a eu lieu à l’Espace Magh, à 1000 Bruxelles.

Au programme : Un grand débat, des concerts, des rencontres multiculturelles et une petite restauration africaine prépare par les sans-papiers.

Le débat public a rassemblé bon nombre d’acteurs du mouvement des sans-papiers et leurs soutiens en Belgique : la Coordination des Sans-Papiers et ses sept collectifs, le CIRE (avec la FGTB, la CSC, le MRAX, la LBDH, SOS Migrants…), la Maison des Migrants, etc.

Les acteurs invités ont débattu et échangé avec la salle à propos des mobilisations des sans-papiers et de leurs soutiens, de la politique gouvernementale belge et de la situation actuelle des sans-papiers en Belgique. Plusieurs concerts de musique africaine et de musique orientale ont ensuite prolongé la soirée.

Plus de 300 personnes ont assisté à cette soirée annuelle.

Voici le détail de quelques-unes des activités menées par S.O.S. Migrants au bénéfice des migrants et des sans-papiers, en 2016.

  • Création de l’asbl « Les Amis de la Voix des sans-papiers.»

En octobre et en novembre 2016, S.O.S. Migrants a animé une série de réunions, notamment avec des membres du comité de soutien de « Voix des sans-papiers », afin de finaliser avec eux la naissance d’une nouvelle asbl « Les amis de la voix des sans papiers. »

Ce projet a été mené à bien et la nouvelle asbl a vu le jour avec le dépôt de l’Acte Constitutif le 19 novembre 2016 au Moniteur belge.

Avec « Les amis de la voix des sans papiers » et d’autres collectifs de sans-papiers, S.O.S. Migrants a mené comme facilitateur social une recherche active de nouveaux bâtiments à occuper, en organisant de nombreuses réunions de travail, notamment dans le but de faire aboutir des démarches vidant à signer des contrats d’occupations précaires avec des propriétaires de bâtiment vides et avec des organismes publics.

Dans cette perspective, S.O.S. Migrants a rencontré à plusieurs reprises, depuis octobre 2016, Le Foyer Schaerbeekois qui est une société coopérative à responsabilité limitée qui se compose de représentants de la commune, de la région, de petits porteurs de parts sociales et du délégué social de la SLRB (Société du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale.)

S.O.S. Migrants entend continuer son travail de facilitateur social en vue de la conclusion de ce type de contrats.

  • « Le Journal des sans papiers (JSP) » :

Le journal bimestriel, soutenu par la Communauté française et par la FGTB, dans lequel les sans-papiers eux-mêmes témoignent par des articles et interviews a poursuivi son développement en 2016 et six numéros sont déjà sortis.

Le projet a pu voir le jour grâce à la collaboration des collectifs sans papiers, de SOS-Migrants, du CEPAG, et du service graphisme et imprimerie de la FGTB fédérale.

Le journal est toujours animé par un travailleur sans papiers Saïd El Ouizi.

Les ateliers d’écritures journalistiques du mercredi, animés par nos bénévoles, permettent toujours aux sans-papiers de remplir eux-mêmes les colonnes du journal pour donner un maximum de visibilité de la situation des migrants et des sans-papiers sur le terrain.

A l’occasion de plusieurs réunions de travail, de nombreux intervenants ont insisté sur la nécessité de distribuer le journal dans des endroits variés, d’obtenir un feed-back systématique de la part des lecteurs ainsi que de moderniser la formule online du JSP.

Serge Noël nous a assuré que pour le journal JSP la FGTB assurerait le financement des 5 prochains numéros (10 mois).

  • Création d’un réseau d’accompagnement citoyen des Migrants :

5 réunions de travail ont eu lieu entre le mois d’août 2016 et le mois de novembre 2016, toujours chez Luc.

Pour rappel, il s’agit d’un projet sur lequel ont travaillé Luc Baudoux et Olivier Guilmain, aidés par Elena Sbaraï (Vluchtelingenwerk Vlaanderen) et Mamadou Bah et qui se propose d’accompagner les migrants tout au long de leurs parcours en vue de l’obtention de papiers réguliers.

Il s’est agi ici de trouver des personnes qui connaissent avec précision toutes les étapes de ce parcours et qui sont aussi capable de former d’autres personnes susceptibles d’aider les migrants dans leurs démarches.

L’intention était de former une équipe de « tuteurs » car il s’agit d’être « avec eux » à toutes les étapes de la procédure.

Ce projet de création d’un réseau citoyen n’a pas véritablement démarré à ce jour du fait principalement de la difficulté inattendue de trouver des migrants demandant de l’aide concrète allant dans le sens de ce projet, mais aussi du fait des conditions très strictes entourant les personnes étant habilitées à accompagner les migrants, notamment au CGRA (en fait seuls des assistants sociaux, des avocats ou des interprètes peuvent les accompagner.)

Le projet reste ouvert à ce jour à une véritable préparation psychologique et pratique des migrants qui doivent encore passer l’interview devant le CGRA ou qui doivent compléter leur dossier en vue d’un réexamen de celui-ci.

 Projet femmes :

Comme déjà évoqué, nous n’avons pas obtenu les subsides demandés à la Région bruxelloise pour un projet intitulé « L’Oeuvre au noir des migrantes. » Ce projet n’est pas abandonné pour autant et il a été convenu de demander des subsides au PCI dont la réponse nous parviendra en juin 2017.

Un numéro du JSP « spécial femmes » était en projet avec d’Aline Dhavré et d’Agatte Recil.

S.O.S. Migrants envisage de donner pour Thème « les femmes » à sa soirée annuelle de décembre 2017.

  • Site web, groupe et page Facebook

 Le site web continue à être nourri et visité régulièrement. Le groupe Facebook de l’asbl, actualisé par nos bénévoles et de nombreux membres correspondants est passé à 4.300 personnes abonnées.

 

Bruxelles, le 24 juin 2017.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *