Un « vol spécial » est prévu ce mardi 4 novembre, vers la RDC – rassemblement de protestation ce lundi 3 novembre devant l’Office des Etrangers, à Bruxelles

Communiqué de presse Ligue des Droits de l’Homme – CRER – CRACPE

​«Salut, je suis un détenu congolais au 127bis, je suis parmi les 19 Congolais qui seront expulsé-es MARDI 4 NOVEMBRE 2014 à Zaventem par un vol spécial de l’armée belge».
Ainsi apprenons-nous, ce 31 octobre, par sms, que la Belgique s’apprête une fois de plus à procéder à l’expulsion forcée et collective de ressortissants congolais au moyen d’un vol militaire, vraisemblablement à partir de l’aéroport militaire de Melsbroek, le 4/11 (selon des personnes du centre, vers 8h30 du matin).

D’après nos informations, au moins 19 personnes, parmi lesquelles deux opposants politiques et au moins 4 femmes, seraient concernées. D’autres seront probablement amenés de pays européens, ce qui pourrait signifier que ce serait un vol collectif sous l’égide de Frontex (l’agence européenne pour la gestion de la coopération aux frontières extérieures des États membres de l’Union européenne). Une dame aveugle de 75 ans devait faire partie du convoi, mais il semblerait, toujours d’après des personnes du centre, qu’elle ne soit plus sur la liste des « à expulser ».

Devant cette situation, il nous semble essentiel de rappeler que les expulsions forcées sont des opérations violentes, au cours desquelles la dignité des personnes expulsées est systématiquement bafouée par des policiers sur lesquels ne s’exerce aucun contrôle démocratique.

Par ailleurs, nous devons souligner que les expulsions en direction de la République démocratique du Congo posent particulièrement question à l’heure où le Président Kabila vient de forcer Scott Campbell, directeur du Bureau des droits de l’homme de l’ONU à Kinshasa, à quitter le pays à la suite de la publication par ce dernier d’un rapport dénonçant de graves violations des droits de l’homme commises par les forces de sécurité de RDC.

En février 2014, encore, l’hebdomadaire britannique The Observer dévoilait un document du Ministère de l’Intérieur de la RDC qui recommandait de torturer « discrètement » les opposants au gouvernement arrêtés suite à leur expulsion de Grande-Bretagne, d’Italie et de Belgique en particulier, et l’ensemble des ONG de défense des droits de l’homme dénonce de longue date la terreur que font régner les sbires du Président Kabila dans les geôles du pays.

Il semble toutefois que la « valeur ajoutée » négligeable de ces Congolais, pour reprendre l’expression du S​ecrétaire d’​État à l’​A​sile et à la ​M​igration Theo Francken, permette de se voiler la face pour ne pas se préoccuper d’une situation pourtant alarmante. La Belgique a même signé un accord lui permettant d’expulser des ressortissants congolais sans que l’Ambassade ait à délivrer de laissez-passer et, depuis des années, les expulsions à destination de la RDC n’ont jamais cessé, ni même les vols collectifs, qu’ils soient organisés par Frontex ou par la Belgique.

Nous vous appelons, une fois de plus, à vous opposer avec nous à ces pratiques barbares, et à l’ensemble des politiques migratoires basées sur un retour prétendument « humain » dans des pays où les droits de l’homme font l’objet de violations quotidiennes et répétées.

Que ce soit vers le Congo ou vers un autre pays, les expulsions sont inacceptables, qu’elles soient individuelles ou collectives.

En soutien aux expulsés, exigeons ensemble le respect de la liberté de circulation et d’installation, ainsi que la dignité de chacun, quel que soit son statut!
RDV ce lundi 3/11 à 17h00 en face de l’Office des Étrangers, 59 B, Chaussée d’Anvers – 1000 Bruxelles

​Ligue des Droits de l’Homme – CRER – CRACPE
Contacts: 0497 54 24 33 / 0496 40 33 09

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *