Le racisme à nos frontières

cropped-photo-centre-fermé

Depuis plusieurs mois des voyageurs subsahariens ou maghrébins, en transit à l’aéroport de Bruxelles National, se font interpeller et placer en centre fermé .
Pendant la période de vacances, certains qui résident en toute légalité dans un des pays Schengen retournent au pays voir la famille, les amis. En transit à l’aéroport de Bruxelles, ils se font contrôler et interpeller par la police de l’aéroport.
Nous avons récolté plusieurs témoignages de personnes enfermées au centre fermé Caricole, qui avaient été arrêtées ainsi à l’aéroport national. Les prétextes de leur arrestation se ressemblent fort, ils sont accusés d’être en possession d’un « faux passeport » ou de papiers non en règle et sont enfermés directement au Caricole, centre fermé relié au no man’s land de l’aéroport, en vue d’un « refoulement » vers leur pays de départ …. L’office des étrangers réfute leurs dires, refuse de les croire, nie leurs documents de résidence et les maintient en détention pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois . Elles sont ensuite libérées ou refoulées vers le pays de départ d’où, dit l’Office des étrangers, elles doivent, via l’ambassade de leur pays de résidence régler leur situation et reprendre un avion vers leur pays en Europe. Ainsi ces personnes bien que résidant légalement dans un pays européen depuis parfois plus de dix ans sont enfermées administrativement pendant des semaines, voir des mois..Ceci donne lieu à des tracasseries inimaginables pour ces personnes et leur famille, beaucoup y perdront leur travail, leur logement suite à cet enfermement.
D’autres voyageurs vivant dans des pays subsahariens ou au Magrheb viennent dans nos pays pour passer des vacances auprès de leur famille installée en Europe. Certains d’entre eux en transit à l’aéroport, se font également arrêter par la police aéroportuaire sous divers prétextes fantaisistes. Eux aussi se voient enfermer en centre fermé parfois avec leurs enfants en vue de leur “refoulement”. La majorité d’entre eux préfèrent alors, plutôt que de passer leur “vacances” en centre fermé, et après avoir compris les difficultés administratives pour obtenir une libération éventuelle, abandonner leur projet de revoir leurs proches installés en Europe et décident de se laisser refouler vers leur pays.
D’autres frontières
D’autres encore se font arrêter à la frontière franco-belge ou à Zeebrugge, il s’agit ici principalement d’Afghans fuyant les conditions de vie et la répression policière dans le Nord-Pas-de-Calais. Ils se font emprisonner pendant parfois plusieurs mois dans les centres fermés belges. En attente d’une expulsion…
Le racisme dans toute sa splendeur
Les mises en détention administrative de tous ces voyageurs reflètent l’obsession européenne et belge de la chasse au « voyageurs étrangers” dont une majorité voyageraient avec de faux passeports d’après l’Office des Étrangers. A se demander si la police de l’aéroport est capable de faire la distinction entre un vrai et faux passeport ou si ce qui semble beaucoup plus logique, leur jugement n’est pas purement raciste.
Ces répressions et expulsions d’étrangers sont l’expression d’un racisme pur et dur à l’encontre de toutes personnes “de couleur” et n’ont plus rien à voir avec les contrôles migratoires annoncés. Pourquoi arrêter et enfermer des voyageurs en possession d’un droit de séjour dans un pays Schengen depuis des années ou en route pour venir visiter la famille installée en Europe sinon pour les décourager, intimider, exclure, emmerder et faire du chiffre sur les arrestations et expulsions/refoulements, pour renforcer l’image des “étrangers fraudeurs ” et appliquer les méthodes prônées par l’extrême droite.
Tout cela se déroule dans un silence assourdissant: ni les partis politiques, ni l’associatif, et certainement pas les médias ne font mention de ces agissements ignobles aux frontières: tous à la botte du pouvoir de peur de perdre des votes, des subsides, des auditeurs… .
Les citoyens des “pays tiers” avec lesquels l’UE veut signer des accords de réadmission et de partenariat “par des mesures incitatives” ne sont pas dupes : il en coûtera très chers de trouver des accords avec ces pays tiers qui voient les membres de leur communauté se faire maltraiter dans les pays de l’UE! L’Union Européenne se dirige droit dans le mur une fois de plus avec son arrogance et sa stupidité.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *