Mobilisation contre le racisme anti-réfugiés en Algérie, 28 octobre 2014

 

Une réunion pour discuter du cas des réfugiés subsahariens et Syriens s’est tenue le mardi 14 octobre, au Centre de Documentation des Droits de l’Homme de Béjaia, et cela suite à un appel lancé par le Comité de solidarité des travailleurs de la wilaya. La Ligue des Droits de l’Homme (aile Zehouane) de son côté a profité de cette occasion pour appeler, dans un communiqué, l’Etat algérien à protéger les migrants subsahariens et syriens. « L’état doit intervenir pour apporter de l’aide. Il s’agit d’un drame humanitaire, la société civile, politique, les médias sont aussi interpellés pour venir en aide, mais aussi sensibiliser la population sur les risque de discriminations, la stigmatisation et le racisme à l’encontre de ces migrants », indique la LADDH, qui ajoute « nos migrants dans l’autre rive (Europe) en savent un bout » A noter que les comportements racistes envers ces réfugiés qui ont fuit la guerre, se multiplient de plus en plus en Algérie. En plus des insultes et de la violence verbale envers ces migrants en situation très vulnérable, ces migrants sont aussi victimes d’agressions physiques. Pendant le mois d’août, des réfugiés subsahariens, qui se trouvaient à Alger, ont été victime d’une attaque des habitants de la région. Les réfugiés ont été agressés, leur campement été détruit, et leurs objets ont été transportés dans des camions et jetés à l’extérieur de la ville algéroise. A Annaba, la même chose s’est déroulée, où des jeunes ont attaqué un groupe de réfugiés en plein jour sous le regard de tout le monde.

Dernière nouvelle: 29 octobre 2014.

À l’appel d’un collectif de la société civile, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme, le Comité de solidarité avec les travailleurs de la wilaya de Béjaïa, le Collectif des étudiants et enseignants universitaires de Béjaïa et le Mouvement démocratique et social (MDS), un rassemblement en solidarité avec les réfugiés subsahariens et syriens a été organisé, le 28 octobre, à 10h, devant le siège de la wilaya. Ils étaient des dizaines à répondre à l’appel pour interpeller les pouvoirs publics “sur la situation dramatique de ces réfugiés”. Les manifestants ont plaidé “pour un statut digne des réfugiés de guerre” et dénoncer le “mutisme des pouvoirs publics” face à cette situation. “C’est bien beau de vouloir régler la crise politique malienne par le pouvoir d’Alger, mais il faut tout d’abord prendre en charge dignement leurs réfugiés”, clame le responsable local du MDS. Pour sa part, Hocine Boumedjane de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme a indiqué que “le pouvoir doit porter assistance à ces personnes qui ont fui la guerre dans leur pays. Il ne faut pas oublier que nous avons vécu une même situation pendant notre guerre de Libération nationale”. Pour un membre d’Amnesty International, il faut que les autorités interviennent immédiatement sur cette question et se déclarer contre le renvoi de force de ces réfugiés auxquels on doit assistance.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *