Les ministres belges au Maroc pour « une offensive diplomatique jamais vue »

8be6adae5ae0e157014d7d250870f212-1456821542

Le Premier ministre Charles Michel (MR), le ministre de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) et le secrétaire d’État à l’Asile Theo Francken (N-VA) sont au Maroc pour renforcer la collaboration judiciaire entre les deux pays. La volonté est de renforcer la coopération policière et judiciaire notamment dans les dossiers liés à la lutte contre le terrorisme.

Mais les deux royaumes voulaient aussi parler migration et renforcement de la collaboration pour rapatrier plus rapidement les illégaux. Un premier accord est en vue. Il concerne l’échange de données biométriques, les empreintes digitales.

Deux volets à cette visite de ministres belges au Maroc : d’abord, renforcer et faire avancer la collaboration policière entre les deux pays, notamment dans la lutte contre le terrorisme.

« Prévenir les drames »

« Il y a en Belgique beaucoup de ressortissants belges d’origine marocaine qui, parfois, ont la double nationalité. Il est donc légitime que les autorités des deux pays travaillent ensemble pour faire en sorte, lorsqu’il y a des difficultés en matière par exemple de radicalisme, que les échanges d’informations aient lieu pour le plus possible réussir à prévenir les drames » explique Charles Michel.

Mais il était aussi question d’avancer dans le dossier migration. Les Belges voulaient ainsi un meilleur échange d’informations avec les autorités marocaines en vue d’accélérer ou de faciliter le retour chez eux de Marocains interceptés chez nous en situation irrégulière, notamment avec un accord pour que les Marocains répondent désormais dans un délai de 45 jours maximum aux demandes belges d’identification de leurs ressortissants avec empreintes digitales.

« On peut échanger les empreintes. Ça veut dire que s’ils sont sans permis de séjour chez nous, on peut les renvoyer au Maroc » indique Theo Francken, secrétaire d’État à l’Asile. « C’est la troisième visite que nous faisons M. Jambon et moi depuis dix mois. C’est une offensive diplomatique jamais vue. Je pense que les autorités marocaines connaissent l’importance pour le gouvernement belge de cet accord » poursuit Jan Jambon, ministre de l’Intérieur.

En fin de journée, après d’intenses échanges diplomatiques, un accord de principe était annoncé, un accord qui sera signé officiellement à Bruxelles en présence du ministre marocain de l’Intérieur en avril.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *