En Espagne, le premier musée sous-marin d’Europe rend hommage aux migrants

jason-decaires-taylor-underwater-museum-lanzarote-spain-museo-atlantico-designboom-06-768x512

Au large des îles Canaries, l’artiste Jason deCaires Taylor présentera cet été son Musée Atlantique, une exposition de 250 sculptures exclusivement sous l’eau. Adressée aux touristes, plongeurs et sous-marins, l’expo sera avant tout l’occasion de rendre hommage à la protection des océans ainsi qu’aux dizaines de migrants qui n’ont jamais atteint la côte. Bluffant.

Enfin il arrive en Europe. Et ce n’est pas anodin. Après avoir investi les fonds marins au large des Bahamas et les plages du Mexique, Jason deCaires Taylor débarque sur l’ïle de Lanzarote, en Espagne. Cet artiste britannique, qui s’est fait connaître pour ses sculptures immergées à travers le monde, arrive avec un projet plus vaste qu’à son habitude: un musée (qu’il appellera Museo Atlantico) prévu pour l’été 2016 qui commence dores et déjà à prendre forme. Peu à peu, ce sont près de 250 sculptures et statues qui seront installées à environ dix mètres de profondeurs pour une durée qui ne devrait pas s’étendre au-delà de l’été. Car, on vous voit venir, le musée immergé sera respectueux de l’océan, mieux, il est là pour sonner l’alarme. Jason deCaires Taylor est avant tout un artiste engagé, ses sculptures, ses musées, sont conçus et installés pour servir de récifs, de structures qui accueillent la faune et la flore des océans. La nature fait partie de l’oeuvre, l’oeuvre fait partie de la nature.

Pour accéder au musée atlantique, plusieurs solutions. Evidemment, la plongée, déjà très populaire, sera plébiscitée pour voir, en plus des poissons, un peu d’art. Mais l’île a également prévu un accès via des sous-marins et des bateaux à coque de verre pour tout que le monde puisse profiter, admirer et réfléchir. Car oui, il y a matière à réfléchir. Déjà, le côté écolo-engagé de l’événement doit entrer dans les consciences, surtout à cet endroit de tourisme de masse (son musée précédent était à Cancún). Toucher beaucoup de monde et toucher des gens concernés. Mais il y a, ici, au large de l’Europe, un autre angle de réflexion que l’artiste n’a pas hésité a aborder.

Parmi les 250 sculptures, beaucoup sont hyper-réalistes. Parfois moulées directement sur des habitants de l’île de Lanzarote, les statues seront plus que des statues. Au fond de l’eau, il y aura des hommes. Via son musée sous marin, l’artiste représente, avec une force rarement atteinte, les dizaines de migrants qui s’échouent, qui se noient avant d’atteindre l’Europe. En une seconde, le touriste plongeur sera nez-à-nez avec la représentation paisible et mortifère de ceux qui, à tout prix, ont essayé d’atteindre la côte sur laquelle ils se trouvaient quelques minutes plus tôt. L’homme sait y faire, le musée sera sans doute une merveille, les premières photos en témoignent. Espérons qu’elle sera, aussi, une belle prise de conscience.

Pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.