La cheffe de cabinet de Théo Francken claque la porte

2631045

Vermoesen était connue comme une bosseuse hors pair. Depuis que la crise des migrants a explosé, elle cherchait personnellement les endroits les plus adéquats pour pouvoir accueillir les demandeurs d’asile. Quitte à appeler elle-même les communes pour trouver des places, précise De Morgen. Très appréciée par les hautes sphères de l’état, elle tient à son indépendance et préfère ne pas être associée à la N-VA.

Vermoesen vient de confirmer qu’elle quitte bel et bien le cabinet, mais précise que c’est pour des « raisons personnelles »: « Je n’ai jamais parlé à la presse et je ne vais pas commencer aujourd’hui. »

Néanmoins, selon des bruits de couloirs persistants, son départ serait dû au fait qu’elle avait de plus en plus de mal avec la ligne dure de Francken et du reste de son cabinet. Il est vrai qu’au plus la crise des migrants s’installe dans la durée, au plus la politique du secrétaire se durcit. Elle optait systématiquement pour le point de vue le plus modéré et son départ fait craindre le pire auprès des associations.

Celui qui la remplace est un « jeune loup de la N-VA » comme le précise De Morgen. Matthias Francken, la vingtaine, n’a aucun lien de parenté avec son patron et est bardé de diplômes. Il a notamment étudié la philosophie, l’économie, les sciences politiques et les affaires européennes. Il s’est fait un devoir de prouver que certaines idées de la N-VA qui laissaient sceptiques sont aujourd’hui une réalité.

Pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.