Bonne Année 2016 ? Le monde est au bord de la faim et la rareté de l’eau est imminente !

1236535_1690344441213409_304452827833121829_n

Afrique, Moyen-Orient et l’Asie sont des zones à risque, bien que certaines parties de l’Australie, Etats-Unis, Amérique du Sud et l’Europe du Sud sont également vulnérables.

Le monde est confronté à un avenir de pénuries alimentaires et de migration de masse en raison des pénuries d’eau à grande échelle provoquées par le réchauffement climatique. Ceci est cité par le journal ‘The Independent’ et le secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale, Michel Jarraud.

Selon Jarraud, environ 1.600 millions de personnes vivent déjà dans des «zones de pénurie d’eau», et ce nombre devrait atteindre 2 800 millions en 2025. L’expert a dit que la situation va continuer à s’agraver tant que le planète continuera à se réchauffer. Les régions les plus touchées, quant à lui, seront l’Afrique, le Moyen-Orient et l’ Asie, bien que certaines parties de l’Australie, Etats-Unis, Amérique du Sud et l’Europe du Sud sont également vulnérables.

Le manque d’eau, à son tour, conduit à une diminution de la production des principales cultures: céréales et maïs.

Plus tôt cette semaine, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture des Nations Unies (FAO) a annoncé que l’Afrique du Sud est déjà confrontée à des pénuries alimentaires dues à la sécheresse, exacerbée par le phénomène El Niño et a entraîné des retards dans la plantation de cultures dans toute la région. «La présence de l’événement El Niño, sera forte pour les années 2015-2016 et soulève de sérieuses préoccupations au sujet de l’impact sur l’insécurité alimentaire », indique le communiqué d’alerte de la FAO.

Les experts prédisent que la situation va déclencher une crise de réfugiés, suite au manque d’eau potable pour l’irrigation. Des mauvaises récoltes et des pénuries alimentaires rendraient des grandes zones peuplées inhabitables et des centaines de millions de personnes seraient obligées de se déplacer.

Pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.