Cachot, suicide, évasion, terreur dans les centres fermés

cropped-photo-centre-fermé

Au 127 bis
La semaine passée, une dizaine de libérations dont quelques Afghans enfermés dans le cadre de la chasse aux Afghans annoncée par Francken.
Cette semaine, réouverture d’une aile pour 40 personnes avec conférence de presse et tout le ramdam au 127bis. Les prisonniers ont essayé de s’adresser aux médias et ont crié par leurs fenêtres.

Ces nouvelles places ont été très rapidement occupées par de nouveaux arrivants (25 nouveaux entrants ces derniers jours, toutes nationalités confondues).
Nombreuses expulsions et mises au cachot.
Il semble que les travailleurs du centre “déconseillent” vivement aux prisonniers de téléphoner aux associations, n’hésitant pas à les menacer de sanctions et d’expulsion. Ainsi, la communication avec l’extérieur est devenue quasi impossible.
La peur règne dans le centre et chacun vit dans son coin et essaie d’éviter tout contact aussi bien à l’intérieur qu’avec l’extérieur du centre. La terreur paralyse tout le monde, c’est le mode opératoire, digne d’un Etat fascisant.

Le mot terreur, dans le sens de peur collective qu’on fait régner dans une population pour briser sa résistance. La terreur peut être utilisée comme mode de gouvernement, « permettant au pouvoir en place de briser, à force de mesures extrêmes et d’effroi collectif, ceux qui lui résistent.

Le terrorisme est l’emploi de la terreur à des fins politiques, religieuses, idéologiques ou crapuleuses https://fr.wikipedia.org/wiki/Terrorisme

A Bruges
Dans l’aile des femmes, plusieurs femmes sont là suite à une suspicion de mariage blanc! Et toujours le même rythme: expulsions, nouvelles entrantes arrêtées à l’office, au domicile, dans les transports.

A Merksplas
6 prisonniers ont tenté de s’évader ce 09/12. Ils ont cassé les barreaux de leur fenêtre et ont sauté. Des gardiens ont été alertés par le bruit et ont appelé la police. La police était au pied du mur pour les accueillir. Ils ont passé 3 jours au cachot, puis ont été transférés dans divers centres.
Ils nous disent:
“Tout est sale à Merksplas, la bouffe est immangeable. On ne voit que des expulsions et des mises aux cachots, que des réponses négatives.”
“Ils nous traitent de dangereux, mais c’est eux qui sont dangereux”
“Ils nous appellent illégaux, mais c’est eux qui sont dans l’illégalité!”
Encore à Merksplas, deux tout jeunes Bosniaques ont été arrêtés à la frontière belgo-française il y a un mois. Leurs familles vivent dans le Nord de la France depuis plus de 5 ans et ils aimeraient qu’ils reviennent vers eux. L’ Office veut les renvoyer en Bosnie, pays qu’ils ne connaissent pas.

A Vottem
Plus de 15 Afghans sont enfermés à Vottem, dans le cadre de la chasse aux Afghans annoncée par le sécrétaire d’état Théo Francken, ce qui est très inquiétant.
Dans l’aile bleue de Vottem, un détenu appelle au secours: une personne a fait une grève de la faim pendant 28 jours et est actuellement hospitalisée. Une autre a tenté de se suicider et est hospitalisée également. Un troisiéme a tenté de sauter le mur est aussi hospitalisé!
Une manifestation a eu lieu ce 12/12/2015, rassemblant des associations,des soutiens et des sans papiers de Liège et de Bruxelles. http://sanspapiers.be/
Les hommes et femmes qui étaient monté-e-s sur la grue le 16/11/2015 :
6 d’entre eux avaient été enfermé-e-s dans les centres. Deux d’entre eux, retenus à Vottem, ont été libérés. Les 4 autres sont toujours enfermé-e-s, une au centre fermé de Bruges, deux au 127bis à Steenokkerzeel et un à Vottem. Mohamed a fait une tentative d’évasion avec 5 codétenus à Merksplas et a été transféré au 127 bis.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *