LE DROIT D’ASILE EN DANGER

2376087

Le Secrétaire d’État à l’asile et à la migration a rédigé un courrier à tous les demandeurs d’asile de Belgique, pour les « informer » sur les difficultés qu’ils rencontreront durant leur procédure. Le CIRÉ a rédigé une analyse qui démontre en quoi cette démarche vise non pas l’information mais la dissuasion des demandeurs d’asile. Et pourquoi cela met en péril le droit d’asile.
Depuis fin octobre 2015, le Secrétaire d’État à l’asile et à la migration, Theo Francken, fait parvenir un courrier à tous les demandeurs d’asile qui se trouvent sur le territoire belge.
L’objectif proclamé de cette démarche serait d’informer les demandeurs d’asile sur les difficultés qu’ils rencontreront en Belgique du fait de la pression mise sur le système d’asile belge liée au nombre d’arrivées importantes de demandeurs d’asile. Ainsi, dans le courrier, la longue durée de la procédure est évoquée, l’accueil des demandeurs d’asile est dépeint comme minimaliste, le regroupement familial est décrit comme difficile, le droit de séjour des réfugiés est expliqué comme étant désormais limité dans le temps, l’application du Règlement Dublin apparait comme étant systématique et, enfin, en cas de décision négative, l’exécution du retour (forcé si nécessaire) du demandeur d’asile débouté est affiché comme une priorité du Gouvernement.
Pour le CIRÉ, loin d’informer correctement les demandeurs d’asile quant à leurs conditions d’accueil et leur procédure d’asile, ce courrier vise à les décourager. Cela va à l’encontre des engagements internationaux de la Belgique pris en matière de protection internationale. Ce qui est inacceptable voire dangereux.

Pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.