COMMUNIQUE DE LA COORDINATION DES SANS-PAPIERS

12243561_1164900766857864_5585422416073803104_n

En date du lundi 16 novembre 2015, aux premières heures du matin, huit de nos camarades sans-papiers s’étaient retranchés sur deux grues d’un chantier situé près de la Porte de Namur, à Ixelles.
Depuis plusieurs années, par des marches pacifiques nous revendiquons l’accès à nos droits fondamentaux via la REGULARISATION. Depuis lors, il nous a été donné de constater que personne ne veut nous écouter. L’absence d’une solution politique et durable à notre problème fait que, certains de nos camarades commencent à sombrer. Cette action sur les deux grues à la Porte de Namur démontre au grand jour le désespoir, l’incertitude et l’angoisse dans lequel vivent des milliers de sans-papiers qui sont en Belgique depuis plusieurs années. Déjà porteurs des histoires souvent douloureuses et traumatisantes, les sans-papiers sombrent facilement dans des pathologies psychiatriques : prostration, agitation, agressivité, psychose, dépression profonde, suicide.
C’est dans ce contexte qu’il faut enregistrer l’action réalisée par nos huit camarades, dont deux ont été libérés. Vraiment, c’était une action de désespoir, et ce, pour se faire entendre.
Par le présent communiqué, la coordination de sans-papiers, respectueuse de l’ordre publique et soucieuse de la paix sociale, demande humblement aux autorités publiques fédérales policières et judiciaires la libération de nos camarades qui ont déjà assez souffert en restant sur les grues trois nuits sans chauffage et sans manger.

Bruxelles, le 19 novembre 2015
La coordination des sans-papiers

Pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.