Huit sans papiers ont investi deux grues porte de Namur ce 16/11/2015

ed5505aef0a8a336777bfca81a22e3de-1446614720

Petit rappel historique :

En juillet 2008 ils étaient 40 à occuper des grues dans le centre de Bruxelles, soutenus par des centaines de sans papiers et de soutiens, pendant que d’autres étaient dans diverses occupations et beaucoup en grève de la faim.Pendant toute l’année 2008 et 2009 les mouvements étaient forts avec occupations, grève de la faim, …pour terminer sur la campagne de régularisation de 2009 !!!!!!

Quelques articles retrouvés

Carte blanche
Marre de faire le pied de grues pour les papiers !
lundi 28 juillet 2008

Ainsi donc, Yves Leterme et son gouvernement sont partis en vacances en laissant pourrir le dossier de régularisation pourtant repris dans la déclaration gouvernementale. On pouvait se douter que cela plongerait les Sans-papiers dans un désespoir plus grands encore. Ça n’a pas traîné ! Las de faire le pieds de grue depuis des années devant une hypothétique régularisation, les voilà qui investissent en masse les grues des chantiers de Bruxelles…

Lundi 28 juillet 2008
On l’a appris hier soir, des Sans-papiers se sont installés en hauts de grues du chantier de construction du Casino de Bruxelles, entre la Bourse et la place de Brouckère. Selon la presse, ils étaient 5 à occuper 2 grues ; en réalité, ils étaient 9 à y occuper 3 grues.
Ils étaient… Car, sur le coup de 16h30, alors que les caméras de télévision étaient présentent, une dizaine de Sans-papiers ont soudainement escaladé une des trois grues occupées ! Ils sont actuellement 25 à occuper ces trois grues avec pour objectif : « régularisation ! »
Et à 19h00, on apprenait qu’une autre grue venait d’être investie à Saint-Josse par 7 autres Sans-papiers.

Aux pieds des grues du Casino…
by http://www.papieren-papiers.be/ Wednesday, Jul. 30, 2008 at 1:44 AM
Plusieurs centaines de Sans-papiers sont restés soutenir la trentaine d’entre-eux qui campent toujours dans trois grues du chantier Casino de Bruxelles jusque tard dans la nuit.
On ne peut pas dire que les abords du futur casino de la Capitale de l’Europe ne vibraient pas ce soir : plusieurs centaines de Sans-papiers étaient accourus de tous les coins de Bruxelles pour soutenir la trentaine des leurs qui occupent trois des grues du chantier en cours, entre La Bourse et la place De Brouckère.

Rassemblement calme, émaillé de moments de forte tension. À une heure trente, les policiers décidaient de disperser des manifestants peu enclins à abandonner leurs camarades des grues. Des policiers qui, bien qu’ayant déployé une force impressionnante, se sont comportés de manière relativement correcte. On regrette malgré tout de nombreux dérapages verbaux tel cet officier enjoignant les manifestants de quitter les lieux : « Pour ceux qui veulent, il y a des places libres au centre fermé ! » Ou encore à une étudiante qui s’inquiétait du sort que la police pourrait faire aux Sans-papiers restés seuls sur les grues : « Nous ? On ne leur fera rien… Ils peuvent crever là-haut ! »

On sent les Sans-papiers excédés par le mépris que leur a porté ce gouvernement incapable de tenir ses promesses. Les manifestations de Sans-papiers se sont, depuis des années, toujours passées dignement et dans le calme. Ce soir, on s’est senti proche d’un climat pré-émeutier.

Merci madame Turtelboom, merci monsieur Leterme : votre incapacité à gérer l’État conduit tout doucement ceux que vous privez du droit à la dignité vers des débordements dont on peu craindre qu’ils se radicalisent… Vous aurez beau jeu bientôt de vous lamenter : « Regardez comme ils sont violents ! »

Jean-Marie.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *