JOUER SUR LES MOTS, TAIRE LE CONTEXTE CHIFFRE, DE QUOI ALIMENTER LES FEUX DE LA MEFIANCE ET DE LA HAINE

4797739_7_95d3_un-migrant-apres-son-arrivee-dans-un-nouveau_c32ef2608fbdff8e31aa00638f1d3393

La Libre Belgique titrait, ce 3 novembre 2015 : « Bagarre générale au centre d’accueil pour demandeurs d’asile d’Arendonk » Une soixantaine de résidents en étaient venus aux mains pour un banal incident lors du repas de midi. Pas de blessés. Des arrestations administratives avec suspension de la procédure d’accueil à la clef.
Le 7 octobre, il y avait eu des blessés au cours d’une autre bagarre déclenchée sans doute, selon Fedasil, par la promiscuité, au centre de Florennes (une cinquantaine de personnes impliquées). Mêmes sanctions, bien méritées.
A cette occasion, le secrétaire d’état à l’Asile et aux Migrations, le N-VA Théo Francken, avait déclaré : « Nous sommes accueillants. Il y a une limite à l’hospitalité » pour justifier les sanctions.

Quelqu’un aurait-il donc demandé, exigé que ne soient pas sanctionnés des violents ? Personne, même au nom de « l’hospitalité ».
Mais que vient faire ce terme dans la déclaration d’un membre du gouvernement alors .qu’il s’agit de simple bon sens citoyen pour que soit respectée l’intégrité physique de tout un chacun, applicable à tous, Belges, résidents étrangers, candidats réfugiés…
Curieusement, ni Mr. Francken, ni les journalistes des différents médias ne rappellent les données chiffrées relativisant la portée des « bagarres » :
– 65 centres pour candidats à l’asile existent, gérés par Fedasil et ses partenaires (Croix-Rouge, Samu Social, Mutualité Socialiste, CPAS, associations …) et accueillant 25.511 personnes (97% de la capacité actuelle d’accueil).
– Le centre Fedasil d’Arendonk accueille 460 personnes, celui de Florennes 472.….

Les titres accrocheurs attirent l’attention, suscitent des émois. Dans le contexte actuel de campagnes répétées, de l’extrême-droite surtout, contre «l’immigration » en général, les réfugiés en particulier, faire croire que tous les réfugiés de Arendonk se sont bagarrés, ne pas rappeler que les bagarres (et autres faits de délinquance) ne représentent qu’une goutte d’eau dans le vécu des réfugiés dans et hors des centres, relève d’une participation active à ces légendes urbaines faisant capoter non seulement l’accueil serein des candidats-réfugiés, mais aussi le Vivre Ensemble paisible.
La manipulation est insidieuse, une sorte d’image subliminale suggérant que les candidats réfugiés sont potentiellement dangereux pour diverses raisons .
Les amateurs de football belges, européens sont-ils potentiellement tous dangereux parce que des hooligans et des supporteurs s’identifiant à un club provoquent des bagarres parfois meurtrières ?
Tous les clients sont-ils des voyous parce que, pendant les soldes, certains jouent méchamment du coude, s’arrachent des vêtements ?
Tous les hommes sont-ils des salauds parce que des femmes sont violentées chaque jour, au sein de leur couple ou dans la rue ?

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *