Réfugiés: le WTC III complet, la plateforme citoyenne se remobilise

ed5505aef0a8a336777bfca81a22e3de-1446614720

Des demandeurs d’asile ont encore dû patienter pour trouver un toit pour dormir dans la nuit de mardi à mercredi à Bruxelles.

Le World Trade Center III (WTC III), le bâtiment qui a été ouvert près de la gare du Nord pour les accueillir, affiche complet. Il n’y a plus assez de places disponibles : la capacité maximale de 500 places a été atteinte.

Selon la plateforme citoyenne, au moins 150 personnes ont dû trouver une autre solution de logement. La plateforme a donc décidé de se mobiliser une nouvelle fois, pour que ces demandeurs d’asile ne passent pas la nuit dans la rue.

« À la plateforme, on a décidé de contacter les familles, explique Isabelle Capiaux, porte-parole de la plateforme citoyenne. Il y a des réfugiés qui sont partis dans des familles, d’autres dans une église, d’autres encore au SAMU social ou à la Maison des Migrants. »

« Les familles peuvent nous contacter via le site internet pour les jours qui viennent, parce qu’on attend vraiment un gros afflux de réfugiés qui arrivent des portes de l’Europe et qui vont arriver dans les jours qui viennent. »

« Dormir dehors, c’est abominable »

Un quinzaine de réfugiés ont notamment été accueillis dans l’église voisine, la paroisse Saint-Roch, qui leur avait déjà ouvert ses portes il y a quelques semaines.

« Ces gens ont tout quitté, ont tout laissé et, dormir dehors, c’est abominable. Et c’est pour cela que nous avons décidé avec notre communauté d’ouvrir notre église pour qu’ils puissent venir y dormir », confie le père Hugo, responsable de l’église, qui se dit prêt à renouveler cet accueil plusieurs jours de suite. Il y passe d’ailleurs la nuit.

« Il n’y a aucun problème, sauf quand il y a, par exemple, un enterrement le matin très tôt. On doit arranger l’église. Ce serait la seule difficulté, sinon chaque nuit nous avons une équipe de cinq personnes qui surveillent. »

Retour à la case départ ?

Il y a quelques semaines, la plateforme citoyenne avait cessé ses actions et abandonné le Parc Maximilien pour ne pas, expliquaient-ils alors, se substituer au gouvernement fédéral. Un retour à la case départ ?

« On revient au point de départ et ce n’est absolument pas normal. On ne peut pas laisser des familles dormir dehors. Donc, on a pris nos responsabilités en trouvant des logements, mais ce n’est normalement pas à nous de le faire, c’est au gouvernement », conclut Isabelle Capio.

La Croix Rouge confirme ce mercredi matin qu’aucun réfugié n’a dormi dans la gare de Bruxelles-Nord, tous les réfugiés ont été pris en charge.

Pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.