Jan Jambon veut un «badge d’identification» pour les demandeurs d’asile

1959848272_B976906535Z.1_20151027093333_000_G0F5EUHNU.2-0

Les réfugiés ne peuvent être contraints de porter leur badge mais ils seront «exhortés» à le faire.
Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Jan Jambon propose mardi à l’occasion d’une journée d’étude de l’Office des étrangers, un accord-cadre et un protocole sur la sécurité dans les centres d’accueil pour demandeurs d’asile. L’objectif est de réaliser une analyse des risques et de parfaire l’échange d’informations, a expliqué mardi le ministre N-VA sur Matin Première (RTBF).
Chaque réfugié inscrit dans un centre se verra remettre un « badge d’identification », avec photo, nom et adresse du centre d’asile. Les résidents ne peuvent être contraints de porter leur badge mais ils seront « exhortés » à le faire, a précisé Jan Jambon, également interrogé sur la VRT. Il y va de leur intérêt, a-t-il commenté. Les autorités entendent régler l’accès au centre d’asile, pour les réfugiés (ils doivent porter leur badge) mais également pour les visiteurs. Ceux-ci devront également s’enregistrer, sans toutefois préciser à qui ils rendent visite, ce qui serait contraire à la loi sur la protection de la vie privée.
Jan Jambon : « C’est du bon sens »
Les associations de défense des droits de l’homme s’inquiètent de voir un véritable « régime pénitentiaire » s’imposer aux demandeurs d’asile. « Protéger les ‪#‎demandeursdasile‬ ou les désigner à la vindicte populaire ? l’analyse des risques de ‪#‎Jambon‬ dérape », a notamment estimé mardi sur Twitter le directeur d’Amnesty International en Belgique, Philippe Hensmans.
« Une politique de sécurité, c’est toujours la balance entre les respects de la vie privée et la garantie de la sécurité ». Il n’y a pas de statut d’exception pour les centres d’asile, « c’est du bon sens », a répliqué Jan Jambon.
La nécessité de prévoir un protocole entre les centres, les autorités fédérales et la police locale avait été évoquée après les annonces du bourgmestre de Coxyde de mise en place d’un régime coercitif dans le centre d’asile de sa commune.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *