Au parc Maximilien, les sans-papiers se sentent « trahis »

56005d3b35700fb92f131cb8

Des migrants dont la demande d’asile a été refusée refusent d’être délogés.
Ce jeudi, au petit matin, les bénévoles étaient déjà nombreux au parc Maximilien, près de la gare du Nord à Bruxelles, pour démonter les tentes à la suite du retrait de la Plateforme citoyenne et des ONG qui la géraient. Sur place, il reste des demandeurs d’asile qui doivent encore être dispatchés vers une famille d’accueil. Mais aussi un groupe d’une centaine de sans-papiers, « Mobilisation groupe 2009″, qui rassemble des demandeurs d’asile, arrivés en Belgique et dont le statut de réfugié a été refusé. Aujourd’hui, sans-papiers, ils vivent illégalement sur le territoire. Certains vivent en colocation grâce aux revenus qu’ils ont tiré de petits boulots réalisés au noir, tandis que d’autres sont sans domicile fixe.
Une ambiance électrique
L’ambiance est vite devenue pesante au parc. Les sans-papiers se sentent en effet »trahis » par le départ soudain de la Plateforme citoyenne et s’estiment « de nouveau abandonnés », comme l’explique Mounir, un Marocain sans-papiers de 31 ans, arrivé en 2009.
Ce rassemblement au parc leur permettait en effet de faire passer leur message. « La problématique des réfugiés nous permettait de faire entendre notre voix. Ce pays ne fait rien pour nous. Nous manifestons constamment devant l’Office des étrangers, mais on nous ignore. Au parc, on nous écoutait mais maintenant, c’est fini. Nous voulons rester pour montrer que nous existons toujours », explique Saïd, le porte-parole des sans-papiers. Ce matin, des altercations avec la police ont d’ailleurs eu lieu devant l’Office lorsque « Mobilisation groupe 2009 » a tenté d’entrer dans le bâtiment, sans succès. « Nous ne savons plus quoi faire. Autour de nous, des personnes désespérées se suicident. Les gens sont à la rue ou travaillent dans des conditions inhumaines », confie Saïd.
L’angoisse des contrôles
Jeudi, en fin d’après-midi, les sans-papiers se sont réunis afin de discuter d’un départ possible du parc. Des tensions sont alors apparues: certains veulent rester pour manifester, d’autres craignent l’arrivée de la police fédérale, prévue ce vendredi matin.  » Si nous nous faisons contrôler ce vendredi, nous irons en centre fermé et serons renvoyés dans notre pays », confie Saïd.
Le collectif prendra une décision définitive ce vendredi.
Le statut de réfugié en 2015
En hausse. 4621 demandes d’asile ont été introduites en Belgique au cours du mois d’août 2015, soit une augmentation de 55,3% par comparaison avec le mois de juillet 2015, du jamais vu sur un mois.
Les nationalités. Parmi ces personnes, 46,7 % viennent d’Irak, 19,8% de Syrie et 9,3% d’Afghanistan et de Somalie.
38,8% de refus . En août 2015, le CGRA a octroyé le statut de réfugié à 495 personnes et a accordé le statut de protection subsidiaire à 100 autres personnes. Le taux de protection en juin 2015 s’élève à 61,2 % (595 décisions positives sur un total de 971 décisions au fond).

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *