Le parc Maximilien se défend de faire de la politique

12019802_483627835132442_47210887019419412_n

Le président de la N-VA, Bart De Wever, a accusé dimanche le bourgmestre de Bruxelles, Yvan Mayeur, de ne pas faire évacuer le camp de réfugiés du parc Maximilien car celui-ci serait devenu un poste d’activistes d’extrême gauche. Pour les ONG installées sur place, les initiatives prises pour aider les réfugiés ne sont cependant en aucun cas partisanes. Marisel Mendez Yepez, porte-parole de la plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés, réfute toute appartenance politique : « Nous n’avons pas la volonté de nous déclarer de gauche ou de droite. La plateforme citoyenne regroupe avant tout des personnes qui se mobilisent afin de donner une réponse humaine à cette crise des réfugiés. Les personnes qui sont ici le sont en tant que citoyens, pas en tant que membres d’une organisation politique quelconque ».

L’ONG Médecins sans frontières, également présente sur le terrain, ne se sent en aucun cas visée par ces accusations : « Nous sommes un organisme politiquement neutre. Ce que nous faisons avant tout, c’est soigner les personnes présentes sur le camp. Nous ne sommes en aucun cas soucieux de l’appartenance politique de nos partenaires »

Pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.