La question des demandeurs d’asile enflamme l’Allemagne

XVMe9244a1c-347a-11e5-9cc4-aae1ab2cb4ee

Des membres du parti d’extrême droite NPD manifestent contre le droit d’asile, le 24 juillet, à Dresde.

Attisée par les néonazis, une vague de violence, comme le pays n’en a pas connu depuis les années 1990, se lève contre les réfugiés.

Une agression par jour. Depuis le début de l’année, le chiffre approche les 200 attaques contre les demandeurs d’asile ou leur lieu d’hébergement. C’est déjà autant que le bilan de l’année dernière. Ce week-end encore, un journal imbibé d’essence a été allumé sur le palier d’une famille, quatre Syriens ont été molestés dans une gare et les vitres d’un centre d’hébergement ont volé en éclats. Aux quatre coins de l’Allemagne, des cocktails incendiaires sont lancés contre les foyers d’immigrés.

Attisée par les néonazis, une vague de violence, comme le pays n’en a pas connu depuis les années 1990, se lève. «La comparaison a ses limites», corrige Jan Schneider, directeur de recherches au comité d’experts allemands sur les migrations (SVR). «Quand les asiles brûlaient à Rostock ou à Hoyerswerda, des milliers de gens applaudissaient et la majorité silencieuse laissait faire. Cette fois-ci, la majorité des Allemands se montre solidaire et il y a des milliers d’initiatives pour venir …

Pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.