Femme expulsée: « Emir Kir a incité à la rébellion », selon l’Inspection générale

téléchargement (3)

Un rapport de l’Inspection générale de la police (IG) indique que la police n’a pas commis de fautes lors de l’expulsion d’une Nigériane au début du mois de mai dernier. Selon Emir Kir (PS), qui était présent dans l’avion, la police s’était comportée de manière inhumaine. Le rapport estime par ailleurs qu’Emir Kir a incité à la rébellion, lit-on mercredi dans les journaux Het Laatste Nieuws et De Morgen.

Le 12 mai, le député-bourgmestre de Saint-Josse s’est manifesté en compagnie d’autres passagers alors que des policiers procédaient à l’expulsion d’une ressortissante nigériane sans autorisation de séjour en Belgique. Les faits ont eu lieu dans un vol vers Casablanca. Selon lui, la violence dont cette femme était victime et ses cris rendaient la situation « insoutenable ».

« Mettre fin à la violence physique et psychique des agents »

Selon des sources policières, Emir Kir aurait incité à la rébellion. Emir Kir avait précisé à l’époque être intervenu pour « mettre fin à la violence physique et psychique des agents ».

Le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon avait fait savoir qu’il avait demandé un rapport à l’Inspection générale sur cet incident. Ce rapport précise que les agents se sont conduits avec professionnalisme et ne font l’objet d’aucune poursuite. Concernant le comportement d’Emir Kir, le rapport souligne qu’il a « a contribué activement à accroître la tension dans l’avion ».

A la demande du ministre de l’Intérieur, Jan Jambon, et du secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration, Theo Francken, le SPF Intérieur a déposé plainte contre M. Kir pour incitation à la rébellion dans un avion.

Est-ce qu’Emir Kir décroche son téléphone ce matin?

Oui mais il ne veut rien ajouter à ce qu’il avait dit à l’époque, autrement dit qu’il ne pouvait pas rester insensible aux violences psychologiques et physiques dont cette femme était, selon lui, victime dans cet avion.

Mais est-ce que ce rapport le dérange vraiment?

Peut-être pas. Emir Kir peut se poser en défenseur des droits de l’Homme envers et contre tout, image qu’il n’avait pas vraiment par exemple après l’expulsion de sans-papiers du grand squat du Gesu, qu’il avait lui-même ordonnée.

Autre intéressée: la N-VA qui a rendu public ce rapport. Elle dépeint l’élu socialiste comme un homme qui triche avec les faits et la loi à des fins politiques.

Au-delà de la polémique, d’un strict point de vue judiciaire, il faudra voir les suites de cette plainte au Parquet de Hal-Vilvorde.

Pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.