Immigration: quelle est la situation des femmes et des enfants au Maroc?

11733328_831953316858492_273828033_n

Déjà 6 mois que le Maroc a arrêté de régulariser les sans-papiers sur son territoire, l’heure est au suivi de ceux qui ont eu leur séjour.

Ils sont des milliers qui ont eu des cartes de séjour depuis le mois de janvier 2014 jusqu’à ce jour, quelle politique le Maroc veut employer pour suivre ses immigrés régularisés. Parmi ces immigré,s on compte des femmes.

La gente féminine est toujours délaissée sur tous les plans de la société, et pourtant une société sans le gente féminine est comme une société sans amour.

Le réseau des femmes immigrées et épouses ( REFIME ) est une association qui a pour objectifs de promouvoir la gente féminine immigrée délaissée sur le territoire marocain, de donner l’opportunité à ces femmes qui ont eu la chance d’être régularisée de s’exprimer, de s’intégrer au sein de la société , de faire scolariser leurs enfants dans des écoles pour une éducation normale comme le citoyen marocain, d’aider les femmes qui ont des projets techniques à les réaliser, de donner une image autre de la femme subsaharienne immigrée au Maroc que celle de la prostituée ou de la mendiante .

Tendre la main à toutes celles qui sont victimes de viol, d’agression, de vol , traitées de prostituée , exploitées comme des esclaves dans des travaux domestiques, est une lutte sans fin que le Réseau ( REFIME) ne cessera de mener.

Ce réseau qui est nouvellement créé regroupe déjà une dizaine de femmes volontaires, qui jusqu’ici fonctionne avec leurs propres moyens financiers et matériels, pour venir en aide à plus d’une cinquantaine de femmes et enfants abandonnés et laissés à eux mêmes.

L’immigration est un sujet qui tape sur tout les tabloïdes dans le monde entier, mais ce qu’on oublie c’est que dans ce combat seuls les hommes s’en sortent facilement, et que deviennent la gente féminine et les mineurs ?

Soyons tous unis pour aider nos mères, nos sœurs, nos femmes, nos enfants qui sont dans les rues en train de mendier, qui sont dans les maisons de différentes personnes en train d’être exploités comme des esclaves.

Pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.