Un texte de Valérie Cardinal sur la situation d’Alpha Oumar

CIMG4372

Alpha Oumar, du haut de ses 17 ans, était plein d’espoir(s) quand il est arrivé en Belgique en 2011…
Il était MENA (Mineur Etranger Non Accompagné) et j’ai été sa tutrice jusqu’à sa majorité…
Je l’ai accompagné au delà de celle-ci dans les nombreux rebondissements ayant jalonné sa demande d’asile…
Aujourd’hui, après plus de 4 longues années de procédure, la décision est tombée : la Belgique ne lui accorde pas le droit de rester sur son territoire…
Quand il a quitté la Guinée à 16 ans, il a dû laisser derrière lui sa famille, ses amis, sa petite amie, son travail. Il a traversé le Mali, puis la Lybie qu’il a dû fuir parce que la guerre a éclaté. Il a embarqué dans un bateau pour Lampedusa. Son périple l’a ensuite mené jusqu’à Bruxelles…
Grâce à un soutien psychologique important et aidé par une excellente avocate, il a continué à se battre ici contre une décision de retour vers l’Italie (au nom de la directive Dublin). Il a repris une scolarité abandonnée depuis longtemps. Il a finalisé une formation en mécanique acquise sur le tas au pays. Il s’est aussi fait des amis. Et même s’il n’a jamais connu l’insouciance de son âge (ayant été obligé de devenir adulte beaucoup trop tôt…), il a repris pied dans la vie et a recommencé à faire des projets et à se reconstruire…
Aujourd’hui, les seuls choix qui lui sont proposés sont soit de retourner en Guinée où personne ne l’attend (les recherches via le service Tracing de la Croix Rouge n’ayant pas permis de retrouver trace de sa famille…) ou devenir clandestin…
Je crois connaître le choix qu’il fera finalement…
Et ce malgré le fait qu’il n’aura dans quelques jours plus droit à rien (sauf l’Aide Médicale Urgente), qu’il aura peur d’être contrôlé, arrêté et emmené en centre fermé, qu’il sera obligé de travailler pour quelques euros de l’heure, qu’il devra mettre tous ses projets entre parenthèses,…
C’est pourquoi, à l’avenir, et pour éviter que de nouveaux jeunes soient obligés de subir une procédure d’asile déjà tellement éprouvante pour des adultes mais aussi pour permettre à des jeunes de cet âge d’envisager un avenir, je plaide pour qu’un droit de séjour soit accordé de manière AUTOMATIQUE à tous les MENA arrivant sur le territoire (531 jeunes par exemple en 2014…).
C’est aussi pourquoi je continuerai à me battre auprès de lui et de tous les autres « sans-papiers » pour que tous et toutes puissent un jour accéder à une vie digne, à une vie tout simplement…
Par chance, je ne suis pas seule à mener ce combat et, parce qu’il est juste, tous ensemble, on le gagnera ! Parce que, jusque là, on lâchera rien !

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *