Macédoine: des centaines de personnes sont détenues illégalement dans des conditions inhumaines

2015-photos-0133

Des centaines de réfugiés, demandeurs d’asile et migrants de tous âges sont illégalement maintenus en détention au Centre d’accueil pour les étrangers « Gazi Baba » à Skopje, la capitale macédonienne. Cet établissement est surpeuplé et les conditions qui y prévalent sont inhumaines et dégradantes, l’accès à des installations sanitaires et à des soins de santé dignes de ce nom étant extrêmement limité. Des personnes sont parfois obligées de dormir par terre. Elles ne bénéficient d’aucune aide ni protection juridique.

La plupart d’entre elles, dont des familles entières, fuient le conflit armé en Syrie et sont privées de liberté pour que les autorités puissent confirmer leur identité, mais aussi afin que ces personnes témoignent dans le cadre de procédures engagées contre des passeurs. Dans certains cas, elles font l’objet d’une détention arbitraire durant des mois, parfois pendant plus de six mois, sans avoir la possibilité de contester leur privation de liberté devant la justice.

Amnesty International a reçu des informations, directement ou non, mettant en lumière les conditions de vie inhumaines et dégradantes à Gazi Baba. Selon un fonctionnaire du Ministère de l’Intérieur, quelque 200 personnes sont généralement détenues dans ces locaux délabrés. D’autres sources indiquent que jusqu’à 400 – 450 personnes ont parfois été incarcérées dans ce centre.
En juin, près d’un millier de personnes y avaient été détenues depuis le début de l’année, d’après le ministre de l’Intérieur.

Malgré ses nombreuses demandes en ce sens, Amnesty International n’a jamais été autorisée à se rendre dans cet établissement.
Les témoignages recueillis auprès d’anciens détenus, des éléments de preuve photographiques et des informations fournies par des organisations internationales ont confirmé que les conditions de détention dans ce centre surpeuplé sont terriblement inadéquates. De longues périodes de détention dans ces conditions constituent des traitements inhumains et dégradants. Le placement en détention automatique des réfugiés, demandeurs d’asile et migrants est illégal, tandis que les mineurs, en particulier ceux qui ne sont pas accompagnés, ne doivent jamais être incarcérés pour des motifs uniquement en relation avec la migration.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *