La mobilisation de soutien pour Joël s’élargit aux enfants sans-papiers scolarisés

0f647eea4ee67f27bc079cfbd7d0d083-1435434961

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées, samedi de 14H00 à 22H00 à l’école J. J. Michel de Saint-Gilles, en soutien au jeune rwandais Joël et à sa mère Peace, arrivés en 2010 en Belgique grâce à un visa médical.

Joël alors âgé d’un an a été emmené en Europe pour bénéficier de soins appropriés à sa maladie rare, la dysplasie osseuse.

Une mobilisation plus large sera organisée pour les enfants sans papiers scolarisés par le biais de la renaissance du Réseau Education sans Frontières (RESF) Belgique.

L’Office des Etrangers a délivré la semaine passée à Joël et Peace un titre de séjour d’un an en Belgique pour « raison humanitaire », dont le prolongement est conditionné par l’obtention d’un emploi.

« Concrètement, dans 9 mois, la mère de Joël devra prouver que ses revenus ne dépendent pas des pouvoirs publics », explique Emmanuelle De Caluwé, membre du Comité de soutien. « Elle doit aussi trouver un emploi qui lui permette de s’occuper d’un enfant gravement malade. La mobilisation pour Joël continue ».

Le Comité de soutien se réjouit de ce répit, mais regrette que les raisons médicales n’aient pu, jusqu’à présent, être prises en considération. Il rappelle que la maladie de Joël nécessite des soins à long terme. Le Conseil du Contentieux des Etrangers a annulé une nouvelle fois cette semaine la décision de l’Office des Etrangers de refuser la délivrance d’un titre du séjour sur base de raisons médicales. L’Office des Etrangers doit dès lors réexaminer le dossier.

« Joël a été régularisé parce qu’il a été médiatisé, mais les pratiques pour les enfants sans papiers scolarisés sont toujours assez arbitraires », remarque Selma Benkhelifa, avocate spécialisée en droit des étrangers.

Une table ronde a réuni à 18H00 plusieurs associations parmi lesquelles le Mrax (Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Xénophobie), Rom en Rom, et le Kids Parlement, pour aborder plus largement la question du titre de séjour des enfants scolarisés.

« On veut créer des comités citoyens de vigilance dans les écoles, en premier lieu dans celles qui se sont déjà mobilisées autour de la question », explique Valentine Reyniers, membre de RESF Belgique.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *