RAPPORT DU SIT-IN DEVANT LE SIEGE DE LA DELEGATION DU L’UNION EUROPEENNE A RABAT

datauri-file

La plate-forme des associations de migrants au Maroc a organisé le sit-in devant le siège de la délégation de l’Union Européenne ce mardi 29/04/ à 14h 30. Après 35 mn de manifestation, la plate-forme a été reçue par la première secrétaire, chef section gouvernance.
Deux points ont été discutés à savoir : La mort des huit cent migrants et la situation migratoire au Maroc.

PREMIER POINT
À son introduction, elle nous dira qu’elle a été surprise de ce sit-in et cette rencontre improvisée. En réponse, nous lui avons dit de nous excuser du terme, mais au moment ou on vous parle votre institution ne mérite pas un rendez-vous. Sans plus tarder, madame, nous sommes là pour manifester notre indignation suite à la mort par noyade de 800 migrants, faute de votre politique, et les 10 mesures retenues par votre institution, qui pour nous conduira à d’autres drames dans les jours à venir ! La plate-forme a rappelé à notre interlocutrice, que le phénomène migratoire est très complexe, et vu cette complexité, les mesures à prendre doivent-être basées sur l’humanisme et le respect des droits de l’homme. Avant de clôturer la première partie du débat, la plate-forme a demandé à ce que l’UE puisse revenir sur les dix mesures et en associant les organisations travaillant sur cette thématique de la migration.

DEUXIEME POINT
Revenant sur la situation migratoire au Maroc, notre interlocutrice nous a demandé de faire le bilan de la régularisation (elle a rappelé que l’Union Européenne a soutenu financièrement cette campagne de régularisation). En réponse à cette question, la plate-forme dira que, pour ne pas s’inscrire dans la même logique que le ministre de l’Intérieur marocain (qui justifiait le refoulement des migrants en situation irrégulière le mois de février passé, en disant que l’opération de régularisation avait pris fin), car pour la plate-forme des associations de migrants, tant que la commission de recours nationale ne statue pas sur les dossiers de recours, il n’est pas question de faire le bilan. La plate-forme a fait l’état des lieux de la régularisation, avec les chiffres des premiers bénéficiaires, tout en disant l’inquiétude que suscite beaucoup de migrants face à la lenteur de la commission de recours, pour finir ce processus, et nous avons toutefois réaffirmé notre confiance à cette institution (CNDH) qui est pour nous un interlocuteur privilégié.
Pour finir, notre interlocutrice nous dira qu’elle a bien pris note et elle va transmettre à ses collègues.

LE SECRETARIAT DE LA PLATE FORME

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *