Présentation de S.O.S. MIGRANTS asbl

GetAttachment

IMG_1226
Créée en 2005, en réaction à la répression contre les migrants subsahariens au Maroc (les événements de Ceuta, qui coûtèrent la vie à plus de 14 migrants), l’association « SOS MIGRANTS » rassemble des citoyens avec et sans papiers en Belgique. Elle a pour buts de sensibiliser l’opinion publique et les responsables politiques aux conséquences humaines désastreuses d’une politique migratoire basée sur la peur, le repli sur soi, l’angoisse sécuritaire et l’égoïsme. Elle milite pour la dignité humaine, contre la traite des êtres humains, pour l’ouverture des frontières et des rapports Nord-Sud équitables et justes.

« SOS MIGRANTS » a réalisé en 2007, un ouvrage de plus de 540 pages, de témoignages de 200 migrants, entre l’Afrique et l’Europe, intitulé « Paroles d’exils », avec des ateliers d’écriture et d’expression à Bruxelles, Liège, La Louvière, Rabat, Tanger, Dakar, Paris, Lille et Yaoundé. Cet ouvrage a été présenté à la presse, aux divers parlements présents à Bruxelles, et diffusé largement dans les communes, les centres culturels, les écoles, les maisons de jeunes… La réalisation des ateliers d’écriture et du livre a été accompagnée par un programme de rencontres et d’activités culturelles communes entre jeunes demandeurs d’asile et sans papiers et jeunes Belges à Bruxelles, avec la réalisation d’un spectacle de théâtre sur le thème du « parcours du combattant » du demandeur d’asile.

« SOS MIGRANTS » a participé activement à la préparation et à la tenue du Forum social Migrations du Maghreb, qui s’est tenu à Bruxelles en 2012, puis à Oujda en octobre 2013, et s’inscrit dans la mouvance du Forum social mondial, auquel elle a participé en 2013, ainsi qu’aux séances de préparation à Monastir. Des représentants de « SOS MIGRANTS » ont participé aux travaux du Forum social maghrébin à Monastir, en avril 2014.  En mars 2015, « SOS MIGRANTS » participe également au Forum social mondial à Tunis.

En 2015, l’association « SOS MIGRANTS » proposait un nouvel ouvrage de témoignages de migrants dans la lutte, « Visages Humains » : -récits de vie et témoignages de 25 demandeurs d’asile, réfugiés et sans papiers en Belgique, en partenariat avec le « Kids Parlement », « Bruxelles Laïque », l’asbl « Interpôle », le centre d’accueil « Synergie 14 », le Collectif « Voix des Sans-papiers », le « Mouvement des sans-papiers – Collectif Ebola », le Collectif « Groupe Mobilisation 2009 », le Collectif des Afghans, le Collectif « Victimes de la Régularisation de 2009 », le Comité des travailleurs-es migrants-es avec et sans-papiers de la CSC, le Comité des femmes, le Collectif des Latinos (avec le soutien de la FGTB et du CEPAG).

En 2015, « SOS MIGRANTS » lançait également, en partenariat avec le Conseil des Migrants subsahariens au Maroc, un projet d’échange international de jeunes, entre Bruxelles et Rabat, qui avait pour but de favoriser une meilleure connaissance mutuelle des vies, espérances, problèmes, projets des jeunes Belges d’origine immigrée (congolaise et marocaine, essentiellement) qui vivent dans le cœur de Bruxelles, et des jeunes subsahariens qui vivent à Rabat, et de les amener à s’exprimer ensemble sur ces thèmes (réalisation d’un spectacle de théâtre, danse, musique, à l’été 2015, à Rabat). Ce projet connaîtra un prolongement à Bruxelles, avec les jeunes de Belgique, qui reprendront et développeront le spectacle, et qui l’apporteront à Rabat pour une deuxième rencontre, à l’été 2016.

En 2016, sur proposition de « SOS Migrants », la plate-forme de concertation des sans-papiers organise une caravane des migrants à travers plusieurs villes et communes de Belgique, où il sera question de rencontrer les élus communaux, les associations locales, les écoles, les syndicalistes et le grand public.

L’association participe aux commémorations, à Tanger, des événements de Ceuta, et organise chaque année à Bruxelles, une grande fête culturelle de solidarité avec les migrants subsahariens au Maroc.

D’autres actions sont programmées, en solidarité avec les associations marocaines de défense des droits de l’homme et de migrants subsahariens au Maroc, en direction des avocats pro deo en Belgique, en solidarité avec les demandeurs d’asile, réfugiés et sans papiers en Belgique, notamment la création d’un réseau de citoyens belges d’accompagnement et de suivi des dossiers administratifs chez les avocats et au CGRA (en partenariat avec la plate-forme citoyenne de soutien aux réfugiés).

« SOS MIGRANTS », en partenariat avec l’asbl « Interpôle », propose tous les jours en semaine, de 10h à 17h, une permanence juridique, sociale, de santé, au 12 rue Locquenghien à 1000 Bruxelles.

Enfin, « SOS MIGRANTS » est à l’initiative, avec la Coordination des sans-papiers et la FGTB, de la création en 2016 d’un journal par et pour les sans-papiers (« Journal des sans-papiers » – JSP), dont elle assure le financement et organise des ateliers d’écriture tous les mercredis après-midi dans ses locaux.

Nous voulons allier l’action de sensibilisation, la création culturelle, le témoignage, la mobilisation citoyenne, l’argumentation politique…

Association « SOS Migrants »
38 rue du Grand Hospice à 1000 Bruxelles – Belgique
sosmigrants@hotmail.com- www.sosmigrants.be
Serge Noël – 0032 486 85 73 81  – serge_noel1@hotmail.com
Aziz Mkichri : 0032 476 60 54 23 – amkichri@yahoo.fr

4 réponses à Présentation de S.O.S. MIGRANTS asbl

  1. bengherabi dit :

    Cher amis, je suis un sans papier avec toute ma famille constituée de cinq enfants et leur maman depuis Juin 2010. Nous sommes originaires d’Algérie, nous avons reçu dernièrement un ordre de quitter le territoire sans pouvoir faire de recours car mon avocat prodéo nous a laissé tombé, en 2011 et pour prouver à l’état Belge que je suis capable de créer mon entreprise personnelle j’ai lancé mon projet Elearning ici à Bruxelles grâce aux moyens financiers que j’avais ramené avec moi , ce projet consiste à former des ingénieurs dans tout l’Afrique Francophone dans des domaines technologiques liés à l’informatique, l’électronique et les réseaux sécurisés et j’ai réussi au bout de trois années de constituer quatre groupes d’étudiants de différentes nationalités au nombre de 150 étudiants avec une technique de paiement numérique unique au monde qui me permet de me tenir debout et avancer dans d’autres projets à savoirs la création de BLOGS sécurisés destinés aux suivis des enfants qui ont des difficultés comportementales, j’ai créé aussi un cahier de journal électronique en temps réel d’un collège en Belgique, j’ai réalisé aussi un site des petites annonces en Belgique et enfin une passerelle d’infos network entre Alger et Bruxelles http://www.firmforme.be , mes enfants évoluent très bien dans leurs études avec le témoignage des enseignants et des proviseurs, étonné et choqué par cette décision de l’office des étrangers qui a été prise à mon encontre sans étude et analyse profondes de notre situation de vie très difficile et délicate je me suis adressé à une avocate pour reprendre ma défense avec le refus totale du palais de justice de m’accorder une aide juridique si ce n’est qu’un jeune entrepreneur marocain qui nous a pris en charge. Je viens par le biais de votre antenne solliciter le responsable de l’office des étrangers de revoir cette décision et me donner une chance pour prouver mes capacités intellectuels dans le domaine de la formation professionnelle et technologique et permettre à mes enfants de sortir de cette torture morale qui les freine dans leur parcours scolaires suite à cette décision démesurée ……… Je demande que justice soit faite afin de retrouver notre liberté de vivre en Belgique comme tout le monde….Merci de m’avoir accordé cet espace pour me défouler car une vie d’un sans papier avec cinq enfants en charge n’est pas un sujet facile à aborder………….Signé Mohamed l’Algérien

  2. RABINOVITSJ Micheline dit :

    Je serai en pensée positive avec vous : je suis à l’étranger durant cette période. Je soutiens votre action et vos initiatives en faveur de plus de solidarité dans un monde meilleure.

  3. MONTHE Serge dit :

    A Monsieur Andé Ledoux WAMBA, Président de SOS Migrants

    Monsieur,

    Je suis Camerounais et je réside au Cameroun. Je suis en train de rédiger une thèse de Doctorat sur l’immigration et je suis intéressé par un livre dont vous avez rédigé la préface. Il s’agit de:

    Paroles d’exils. Récits et témoignages de migrants entre l’Afrique et l’Europe.

    S’il vous plaît, je vous prie de bien vouloir m’offrir un exemplaire de ce livre. Il ne se vend pas chez nous. Je vous remercie d’avance de votre bonne compréhension.

    Cordialement

  4. Kanyeba-kanynda Anne-marie dit :

    je garde toujours mon passeport, ( il est indiqué après vos études
    vous êtes prié de retourner dans votre pays), mon pays est toujours en guerre depuis bientôt 6O années.
    Avec ces quelques mots, du ministère des affaires étrangères Belge, je n’avait aucune chance pour trouver du travail en Belgique( pays d’accueil) .

    J’étais venue ici aussi pour trouver une vie meilleure.
    BON COURAGE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *